Rechercher
  • MB

Posture et occlusion dentaire

Une étude menée sur huit chevaux manifestant une posture compensée anormale a montré qu’ils souffraient également tous de malocclusions dentaires restreignant les mouvements de propulsion et de rétropulsion de la mandibule mettant ainsi en évidence la corrélation entre les deux pathologies.


Les forces exercées par la gravité sont les premières causes de blessures sportives. Cependant, dans la plupart des cas, les blessures ne sont pas dues à l’exercice physique pratiqué mais à la façon dont la personne ou l’animal se tient debout. Chez les chevaux, la posture est particulièrement importante sachant qu’ils passent 20-22h debout par jour.


Au repos, dans une posture normale neutre, les quatre canons doivent être perpendiculaires au sol et le poids réparti de façon équilibré avec 55% sur l’avant-main et 45% sur l’arrière-main. Etre debout pendant de longues périodes de temps avec les jambes perpendiculaires prépare au mieux les os, les muscles et les ligaments pour supporter les forces plus importantes lors des allures plus élevées. De ce fait, une posture compensée anormale est souvent associée entre autres à une diminution de la proprioception, une mauvaise cadence, une prédisposition aux blessures, et/ou un stress émotionnel.


Posture compensée normale

Une posture compensée anormale est générée par le système de contrôle de la posture en réponse à des signaux proprioceptifs endommagés dus à des problèmes mécaniques ou musculaires dans l’une ou plusieurs des trois régions riches en mécanorécepteurs, à savoir :

· la colonne cervicale haute,

· les pieds,

· les dents et l’articulation temporo-mandibulaire.


Des récentes recherches ont montré que l’équilibre et la posture sont fortement liés au fonctionnement de l'articulation de la mâchoire. L’une des raisons principales de cette connexion vient de la nécessité d’un ajustement postural lors de la mastication, étant donné que les mouvements de mastication changent le centre de masse instantané de la tête et du cou, engendrant un ajustement des cervicales.


En cas de malocclusion, le déséquilibre s'installe. Les muscles masticateurs devant accomplir des efforts plus importants pendant les mouvements de mastication se contractent de plus en plus et deviennent trop puissants. La pression au niveau des articulations augmente et engendre un phénomène de compression. La position déplacée de la mandibule entraîne un déplacement de la tête toute entière par rapport à son centre de gravité. A ce niveau, les muscles de l'épaule, de l'encolure et du dos se contractent à leur tour pour maintenir la tête en place. De là, le déséquilibre se propage avec des signes plus ou moins visibles à travers le corps jusqu'aux postérieurs via les sacro-iliaques.

Chaine occlusion dentaire - posture

En conclusion, la posture dépend (en partie) de la bonne occlusion dentaire. De manière plus générale, tant que l'occlusion dentaire ne sera pas correcte, les muscles, les ligaments, les articulations seront en adaptation constante ce qui les obligera à se contracter et à se tendre de façon à compenser le déséquilibre postural.








68 vues0 commentaire