Rechercher
  • MB

Impact des anomalies bucco-dentaires sur la mobilité de la mandibule

La liberté de mouvements de la mandibule est primordiale dans le travail du cheval car lors d’une extension de la nuque, on observe un recul de mandibule, lors d’une latéroflexion elle tend à rester du côté opposé et lors de la flexion de la nuque, elle tend à adopter une position antérieure.


Les mouvements de la mandibule sont limités, voire verrouillés, si les dents s’accrochent (blocage mécanique) mais également dans le cas de blessures des muqueuses jugales (réflexe d’évitement de la douleur).


Tandis que les surdents affectent principalement les mouvements latéraux dits de diduction, les pointes, rampes, dominances et dominantes altèrent principalement les mouvements de propulsion et/ou de rétropulsion (avant/arrière) de la mandibule en fonction de leur positionnement dans la bouche.


Lorsque les mouvements de la mandibule sont limités par les anomalies bucco-dentaires et les douleurs associées aux blessures des muqueuses jugales et/ou de la langue, le cavalier rencontre une résistance, voire une défense, dans la réalisation de ces exercices d’assouplissement indispensables à la préparation du cheval de sport.


Le nivellement des surdents et la réduction des pointes d’émail, rampes, dominances, et dents dominantes permettent de restaurer la mobilité de la mandibule dans tous les degrés de liberté. Outre l’amélioration du mouvement de mastication assurant une meilleure assimilation du bol alimentaire, le travail du dentiste rend le cheval de sport plus disponible dans sa bouche au travail.
78 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout